SAUVETAGE EN MER

La société nationale de sauvetage en mer est une association française, reconnue d’utilité publique. Elle a pour vocation de secourir bénévolement et gratuitement les vies humaines en danger, en mer.

Siége de l’association

8, cité d’Antin 75009 Paris 01 56 02 64 64
https://www.snsm.org/https://www.snsm.org/https://www.snsm.org/

La Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSMest une association à but non lucratif – reconnue d’utilité publique et Grande cause nationale 2017. Elle a pour mission le sauvetage en mer et la surveillance des plages. Elle s’appuie sur 8 000 bénévoles qui œuvrent à partir de 214 stations de sauvetage sur tout le territoire français (métropole et outre-mer) et de 32 centres de formation et d’intervention. Elle dispose d’une flotte de sauvetage de plus de 450 bateaux, d’un Pôle National de Formation à Saint Nazaire et de deux ateliers de réparation à Saint Malo et Palavas-les-Flots.

La SNSM est financée à 80 % par des ressources privées, essentiellement issues de la générosité du public et des entreprises.

En 2018, les Sauveteurs en Mer ont porté secours à 30 000 personnes dont plus de 9 000 en mer.

DERNIER INCIDENT MARQUANT:

La SNSM déplore le décès en mer de trois sauveteurs bénévoles. Le reste de l’équipage a pu être secouru.
Vendredi 7 juin aux Sables d’Olonne, en Vendée, l’équipage de la SNSM a été mis en alerte par le CROSS Etel, à la suite d’un appel de détresse émis par la balise d’un bateau de pêche, le “Carrera”.

Conseils:

Accroche

La sécurité en mer et sur la plage commence par la prévention car de nombreux pratiquants de loisirs nautiques sous-estiment les dangers de la mer. Que vous soyez un navigateur chevronné, un pratiquant de kitesurf ou un simple utilisateur de la plage, les Sauveteurs en Mer ont de nombreux conseils à vous donner.

Retrouvez ici tous les conseils navigation, plage, loisirs nautiques et jeunesse des Sauveteurs en Mer !

Comment signaler un danger pour la navigation en mer ?

signaler-danger-navigation-message-securite-conseil-photo-michel-giard

Dans quel cas signaler un danger pour la navigation en mer ?

Objets à la dérive : troncs d’arbre, container, coque, etc.

Phénomènes météorologiques spontanés : trombe d’eau, etc.

Votre signalement permettra de prévenir les plaisanciers proches du danger mais aussi de prévenir la terre. Le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) diffusera largement ces informations.

Quelles informations donner pour signaler un danger pour la navigation en mer ?

  • la position de l’embarcation,
  • la nature du sinistre,
  • le nombre de personnes à bord,
  • le type de l’embarcation,
  • le nom de l’embarcation.

Comment alerter pour signaler un danger pour la navigation en mer ?

Prioritairement par VHF canal 16 ou à défaut par téléphone portable en composant le 196.

Par VHF, formuler le message de sécurité  en donnant les informations suivantes :

Sécurité – Sécurité – Sécurité ici le bateau [type et nom de l’embarcation]; Qui se signale [nature du danger à la navigation] ; À la position [position GPS ou azimut/distance d’un point remarquable] ; Ici le bateau [type et nom du bateau] – terminé.

METEO MARINE   https://marine.meteoconsult.fr/meteo-marine/previsions-meteo-marine.php

URGENCE DETRESSE EN MER CANAL-16 TELEPHONE-196

Les conseils des Sauveteurs en Mer pour pratiquer ses loisirs et sports nautiques en toute sécurité

Le bord de mer est propice à de nombreuses activités : baignade, planche à voile, kite-surf, surf, ski nautique, scooter des mers, stand up paddle, etc. Pour pouvoir pratiquer ces sports en toute sécurité, des zones sont réservées à chacun d’entre eux.
pratique-loisirs-sports-nautiques-conseil-snsm-photo-eric-scudeller
Légende
Photo : Eric Scudeller

Le balisage des zones d’activités

Les grosses bouées rondes délimitent la zone dite “des 300 m”, du bord de la plage vers le large. Dans cette zone, la vitesse est généralement limitée à 5 nœuds (soit environ 9 km / h).

Des passages réservés à la pratique de certains sports nautiques peuvent être placés entre deux zones de baignade. Ces couloirs permettent d’accéder aux zones d’activités nautiques et d’en repartir sans gêner les baigneurs. Leur accès est d’ailleurs totalement interdit à ces derniers. Ces chenaux sont matérialisés par des bouées rondes et jaunes à bâbord (gauche) et par des bouées coniques à tribord (droite), en venant du large. Elles sont disposées de plus en plus près les unes des autres au fur et à mesure que l’on se rapproche du rivage. Les deux bouées d’entrée du chenal sont plus grosses que les bouées suivantes.

Les zones de baignade

Les zones de baignade surveillées sont matérialisées de différentes façons, selon que l’on est à terre ou en mer.

Quand on est sur la plage, donc face à la mer, les zones de baignade sont indiquées par des panneaux blancs sur lesquels est écrit “limite de baignade surveillée” en bleu foncé et / ou par des piquets équipés d’un drapeau bleu et / ou par des fanions supportés par des flotteurs.

Côté mer, donc face à la plage, les zones de baignade sont indiquées par de grosses bouées jaunes et rondes à 300 m de la plage.

Certains endroits présentant un danger sont signalés par des panneaux indiquant le type de danger existant : épaves, rochers, courants, etc. Respectez bien les zones réservées à l’activité pratiquée.

Pour aller d’une zone de baignade à une autre, passez par la plage.

Ne traversez pas les couloirs réservés aux autres activités. Ce sont des passages très dangereux car un nageur est peu visible à la surface de l’eau, vous risqueriez d’être heurté par une planche à voile ou blessé par l’hélice d’un moteur.

La pêche à pied

Les grandes marées attirent beaucoup de promeneurs, pêcheurs à pied et autres photographes qui, faute d’informations, risquent parfois leur vie sans s’en rendre compte. Pour que votre loisir reste un plaisir, voici nos conseils de prudence pour profiter des grandes marées !
""

Avant de partir à la pêche à pied

Avant d’aller à la pêche à marée basse, renseignez-vous sur :

  • Les heures de marées, hautes et basses*;
  • Le coefficient (100 ou plus = danger);
  • Le marnage (différence de hauteur entre basse et haute mer);
  • Les dangers locaux (sables, mouvants, etc.);
  • Les conditions météorologiques (les vents d’ouest renforcent la dangerosité).

Ne partez pas pêcher seul.

Ayez avec vous un téléphone portable pour donner l’alerte en cas de nécessité en composant le 196.

Prévenez une personne restée à terre de l’heure prévue de votre retour. En cas de retard, elle pourra prévenir les secours.

Prenez une montre et restez attentif à l’heure.

Les horaires de marées sont indiqués sur internet. Ils sont aussi affichés dans les postes de secours, dans les capitaineries des ports et sont souvent distribués gratuitement dans les commerces.

En cas de vent fort d’ouest, certains sites accessibles habituellement deviennent submersibles (digues, chaussées, passages, promontoires, etc.).

Un vent violent peut déclencher une lame ou une vague plus forte que les autres qui peut happer un promeneur inattentif ou un spectateur trop proche du bord de l’eau (conjugaison du fort coefficient de marée et du vent).

TELEPHONE N° 2 OU PORTABLE

EN MER CANAL-16 TELEPHONE-196

SOCIAL NETWORK (http(s))

non

Video
Rating & Reviews
0
0 reviews
Contact Form